Psychomotricité

Le(la) psychomotricien(ne) évalue les fonctions sensori-motrices, perceptivo-motrices, tonico-émotionnelles et psychomotrices. Il(elle) analyse également leur intégration, leurs interactions et pose un diagnostic psychomoteur. Le compte-rendu de cette évaluation et les propositions de soins qui en découlent sont transmis au médecin prescripteur, afin de valider la démarche thérapeutique envisagée.

L’objectif des soins psychomoteurs est de permettre au patient de :

  • Prendre conscience de son organisation psychomotrice,
  • En réduire les dysfonctionnements, qu’ils soient d’origine psychique ou physique,
  • Restaurer ses capacités de participation et d’adaptation aux activités de son environnement.

Le(la) psychomotricien(ne) instaure pour cela une relation thérapeutique en utilisant des techniques corporelles, sportives et manuelle. Il(elle) peut aussi avoir recours à des médiations telles que le jeu, l’expression artistique, l’éducation gestuelle, la relaxation psychomotrice… Ces médiations sont les outils proposés par le(la) psychomotricien(ne) pour la réalisation du projet thérapeutique individualisé, élaboré avec le patient et/ou sa famille.

Les soins psychomoteurs sont pratiqués en séances individuelles ou de groupe, avec un accompagnement familial si nécessaire. Dans son champ d’intervention défini par le décret d’actes de compétences, le psychomotricien assure ainsi plusieurs missions : prévention, dépistage, traitement, éducation pour la santé et éducation thérapeutique.

Il accomplit ses missions au sein d’équipes ou de dispositifs pluridisciplinaires. Cela peut se faire dans des secteurs sanitaires, médico-sociaux, sociaux, éducatifs ou en pratique libérale. Avec ses compétences dans le domaine de la globalité psychomotrice, il participe donc à la conduite transdisciplinaire d’un projet de soin individuel.

Un décret en Conseil d’Etat détermine les conditions d’exercice de la profession. A côté, un arrêté du ministre chargé de la santé, pris après avis de l’Académie nationale de médecine, fixe la liste des actes relatifs à l’exercice de la profession.

Déroulement des études

La formation se déroule sur 3 ans. Elle comprend des enseignements théoriques, théorico-cliniques et pratiques (stages) :

  • La première année s’axe sur le fonctionnement de la personne en bonne santé à tous les âges de la vie.
  • La seconde a pour objet l’initiation aux méthodes cliniques de soin.
  • La dernière année oriente vers le processus de professionnalisation.

L’évaluation des étudiants se fait dans le cadre d’un contrôle continu selon des modalités diverses. Par interrogations orales, rapports de stages notés, études de dossier, examens pratiques… Il y a également des partiels (en février et en juin). Le passage dans l’année supérieure est subordonné à l’obtention d’une moyenne générale supérieure ou égale à 10/20 et à la validation des stages de l’année considérée.

Les étudiants ont la possibilité de passer le semestre 4 (deuxième semestre de la seconde année) en Erasmus.

 L’examen du Diplôme d’État consiste en :

  • Une mise en situation professionnelle (durée de 45 minutes à une heure)
  • La présentation et la soutenance d’un mémoire (durée de 45 minutes maximum)
  • L’obtention de la moyenne du contrôle continu des enseignements théoriques, théorico-cliniques et pratiques de troisième année. Elle entre dans le total des points exigé pour l’obtention du diplôme.

Débouchés

En tant que salarié, le psychomotricien travaille beaucoup dans le domaine de l’enfance ou de l’adolescence inadaptée. Cela se fait dans des centres spécialisés, des établissements hospitaliers, des services médico-pédagogiques ou des hôpitaux psychiatriques.

En libéral le psychomotricien a sa propre clientèle? Il travaille néanmoins en collaboration avec d’autres professions : psychiatres, pédiatres, psychologues, orthophonistes, enseignants…

Evolution de carrière :

  • L’avancement dans le grade de psychomotricien cadre de santé est accessible par concours sur titres interne.
  • Le grade de psychomotricien cadre supérieur de santé est accessible par concours organisé dans chaque établissement.
  • Enfin, le corps de directeur des soins est accessible via un concours interne.