Témoignage LSpS Parcours Psychologie : Sélène M.

Sélène, actuellement en 2ème année de médecine, a réussi son année de L1 SpS en 2021 avec le parcours Psychologie. Elle a répondu pour vous à quelques questions sur son année.

Profil avant la L1

Quel baccalauréat as-tu passé ?

J’ai passé un bac S en 2015 à 16 ans. Je m’étais inscrite en PACES et j’ai fait deux semaines là-bas avant de partir. Le système n’était pas du tout pour moi et j’ai détesté l’organisation, qui était tout de même très particulière. Puisque la rentrée était en octobre, et que les autres facs font leur rentrée en septembre, je ne pouvais m’inscrire nulle part pour le premier semestre. J’ai donc pris quelques semaines pour me trouver une nouvelle formation, et je me suis inscrite en licence d’anglais à Strasbourg pour le 2ème semestre.

J’ai obtenu ma licence et je me suis inscrite en master de communication / marketing dans une école privée, mais je n’ai fait qu’une année là-bas parce que ça ne me plaisait pas du tout. Durant cette année, j’ai entendu que la réforme de la PACES était actée et serait lancée à la rentrée 2020-21 (soit un an plus tard). J’ai donc décidé de tenter l’année, et je me suis inscrite dans un diplôme universitaire en criminologie, victimologie et médecine légale afin de ne pas sortir des études et de faire une année plus légère pour me remettre à niveau sur l’actuel programme de Terminale.

J’ai postulé sur ParcourSup en LSpS et j’ai été acceptée, j’ai donc rejoint la L1 après un bac +5.

Quelle mention as-tu obtenu ?

Mention bien.

Quel genre d’élève étais-tu ? Avais-tu des facilités ?

J’étais une bonne élève (14 de moyenne générale), à qui on disait souvent de s’impliquer plus pour avoir de meilleures notes.

J’avais beaucoup de facilités, donc je ne travaillais pas beaucoup (sauf pour les matières scientifiques pour lesquelles je faisais déjà des fiches), mais j’essayais quand même de travailler régulièrement.

Je n’avais pas envie de m’épuiser pour avoir la meilleure mention possible au bac, en sachant que mon admission en études supérieures ne serait pas remise en question si j’avais une mention Bien et pas Très Bien, puisqu’à l’époque, tous les élèves qui demandaient la PACES en premier vœu étaient sûrs de l’avoir.

Déroulement de l’année

Pendant ta L1, tu habitais :

Je faisais la navette Strasbourg (appartement seule) / chez mes parents en partageant mon temps avec le confinement.

C’est difficile de trouver des avantages et inconvénients puisque la situation était particulière. Avec le COVID, j’ai préféré me confiner chez mes parents plutôt que de rester seule chez moi. Je n’avais donc aucune contrainte d’accès aux cours puisque tout était en vidéo.

En situation « normale », je vivais seule chez moi. L’avantage, en confinement, c’est que mes parents m’aidaient pour tout, je n’avais pas à me préoccuper de faire à manger ou les courses et je voyais du monde (et mon chat).

Le conseil que je donnerais à quiconque vit avec quelqu’un (que ce soit les parents / un coloc / votre copain-copine), c’est d’être très clair dès le début. Un étudiant en P1 a besoin de travailler dans de bonnes conditions, et il faut mettre des limites claires. J’ai de la chance d’avoir des parents dans le milieu médical qui savent très bien ce que ces études demandent, mais si ce n’est pas votre cas, expliquez-leur dès le départ qu’il faut respecter vos horaires, ne pas vous déranger pendant que vous travaillez, etc. C’est parfois compliqué de s’adapter à ce nouvel emploi du temps, et communiquer dessus évite souvent des problèmes. Si vous avez une famille nombreuse et que pour des raisons financières / autres, vous ne pouvez pas prendre d’appartement ou travailler au calme, utilisez la BU.

Pour les étudiants qui vivent seuls, sortez voir du monde. En P1, c’est nous et nos polys, et ça peut devenir très pesant. Allez en cours, allez à la BU, participez aux événements du tutorat pour éviter de rester seuls chez vous toute l’année. Et avant de prendre un logement, et si vous avez la chance de pouvoir choisir, assurez-vous qu’il soit au calme. Il n’y a rien de pire que de se faire réveiller à 7h le seul jour de la semaine où vous pouvez dormir.

A quelle distance de la fac habitais-tu, et comment faisais-tu le trajet domicile-fac ?

Mon appartement était à Strasbourg, proche de la fac de médecine. Je faisais le trajet à pied.

Les loyers à Strasbourg sont très chers et c’est parfois compliqué d’habiter proche de la fac, mais je conseille vraiment de ne pas partir trop loin si c’est possible. En première année, les transports en commun sont un poids supplémentaire puisqu’ils engendrent fatigue et perte de temps. Il faut s’éviter un maximum de stress superflu, et devoir dépendre des grèves, des retards, se lever plus tôt, etc. Et si vous devez faire un trajet jusqu’à la fac (et que vous n’avez pas 1h de route), prenez le vélo ou venez à pied. Ça vous fera un peu de sport et vous ne dépendrez pas de la CTS et des retards de tram.

Comment te déplaçais-tu à Strasbourg ? (Entre les campus, le RU…)

En tram/bus, à pied.

Comment te nourrissais-tu de manière générale pendant cette année ?

En confinement, mes parents cuisinaient pour eux et moi, donc je mangeais équilibré et varié, et c’est une vraie chance puisque je gagnais aussi du temps. Je ne prends jamais de petit-déjeuner, par contre je buvais (et bois toujours…) beaucoup de café. C’est la seule chose que je prenais, je n’ai pris aucun complément alimentaire pendant l’année, un peu par flemme, mais ça peut être très utile pour vous aider à garder de l’énergie (n’allez pas substituer vos repas par des vitamines, par contre).

C’est très très important de garder une alimentation équilibrée. Au-delà des bénéfices pour votre santé, c’est super réconfortant de manger un bon petit plat après avoir travaillé dur toute la journée. Avaler des pâtes au beurre et un cordon bleu 5 fois par semaine, c’est déprimant au bout d’un moment. Il y a plein de solutions pour manger bien et pas trop cher, et il vaut mieux prendre un peu de temps pour aller au RU ou cuisiner un peu, ça joue aussi sur le moral.

Combien d’heures de sommeil avais-tu par nuit en moyenne ?

Pas assez. Au premier semestre, 6h environ. Au S2, 7h. Ça me suffisait, mais la fatigue s’installe quand même à long terme.

Pour toi, à quoi ressemble une journée-type de cours ? 

Mon planning n’est pas très représentatif, parce que nous n’avions pas cours en direct la majorité du temps donc notre emploi du temps pouvait être organisé à peu près comme on le voulait.

Je suis incapable de me lever tôt pour travailler, j’ai horreur de ça, et je vivais donc de nuit (je ne vous le conseille pas, ce n’est pas bon pour l’organisme). Je me levais vers midi, je faisais les cours programmés le matin (ils étaient rarement postés à l’heure donc ça fonctionnait très bien) jusqu’à 17h, puis je faisais une pause-café avant de préparer les TDs / réviser selon les jours.

Je mangeais avec mes parents à 20h avant de travailler la nuit sur ce dont j’avais besoin (révisions, cours en retard, retravail des TDs, etc). Le week-end, je prenais des pauses dans la journée pour mes loisirs.

Quelle était ta méthode de travail ?

Je travaille beaucoup avec Anki.

Je travaillais les cours en les suivant en vidéo, puis je faisais des fiches-résumé à la main pour avoir les informations importantes à comprendre sous le nez.

Ensuite, je me faisais des fiches Anki : je me « pose » des questions type examen sur les cours et je dois retrouver la réponse en récitant le cours. J’organise ça par sujet de cours et par UE pour pouvoir réviser ce que je veux facilement. C’est le même principe que la méthode des J, mais ça permet de tout avoir sur l’ordinateur. L’application gère la répartition dans le temps des fiches à revoir, c’est très pratique.

En termes d’organisation dans la journée, j’utilisais la méthode pomodoro. Il y a plein de vidéos youtube avec des timers intégrés et des ambiances en tout genre, ça m’aidait à me concentrer. J’utilisais aussi l’application Forest avec le pomodoro : elle vous empêche de toucher à votre téléphone pendant le temps voulu. Ça évite d’aller sur les réseaux sociaux pour fuir un TD.

Comment prenais-tu tes cours pour le bloc santé/transversal ?

Je prends tous les cours sur ordinateur.

Avais-tu des loisirs ? Une activité physique ?

Je n’ai presque pas fait de sport pendant l’année, et je le regrette. Par contre, j’avais des loisirs, et je voyais des amis le week-end quand le confinement le permettait.

Travaillais-tu seul.e ou en groupe ?

Seule.

Travaillais-tu en bibliothèques (BU médecine, BNU…) ou chez toi ?

Chez moi. Comme ça, quand je râlais sur mes cours, personne ne m’entendait.

A quelle fréquence faisais-tu des pauses ?

Dès que je sentais que plus rien ne rentrait dans mon crâne, j’allais boire un café ou voir mon chat. Sinon, j’essayais de faire des pauses de 10 minutes toutes les 2h, pour garder un rythme. À mon avis, ça ne sert à rien de s’imposer des heures de travail sans pause, c’est impossible de rester concentré.

Parcours

Quel parcours as-tu suivi en Lsps, et pourquoi ce choix ?

J’ai choisi le parcours Psychologie. J’avais fait un peu de psychologie l’année d’avant, et c’est un sujet qui est pour moi indissociable de la médecine. Ça m’intéresse beaucoup de base, et c’était important pour moi de faire un parcours pour lequel j’ai une véritable affinité.

Quels autres parcours avais-tu demandé sur Parcoursup ?

LSpS parcours Droit. Un conseil : renseignez-vous auprès des élèves des parcours pour savoir à quoi ressemblent VRAIMENT les cours avant de faire vos vœux.

Chacun a son propre avis sur les parcours les plus « stratégiques », mais je dirais que ça ne sert vraiment à rien de se forcer d’aller dans un parcours que vous détestez en vous disant que ça va vous donner un avantage par la suite. Dites-vous qu’il va falloir travailler cette matière pendant un an, et que ce sera peut-être votre porte de sortie si vous décidez d’arrêter ou que vous n’avez pas le concours, alors vous enfermer dans un parcours que vous détestez n’est probablement pas une très bonne idée.

Où se déroulaient tes cours de parcours ? 

Au campus central.

Comment se déroulaient les cours de ton parcours ?

Nous avions cours à peu près tous les 2 jours, l’après-midi, 2h à chaque fois. Le ratio TD / CM dépend vraiment des matières, mais les TDs contenaient beaucoup de choses à savoir, ce n’était pas que de l’application.

Comment prenais-tu les cours pour le bloc parcours ?

À l’ordinateur, avec les diapos des professeurs que j’annotais quand ils étaient donnés.

Comment révisais-tu les cours de ton parcours ? 

Exactement de la même façon que les cours de santé.

Comment répartissais-tu ton travail entre les différents blocs ?

Je travaillais plus la santé que mon parcours, mais je gardais toujours en tête le calendrier des examens pour être à jour. Quand j’avais les examens du bloc santé, j’arrêtais de réviser le parcours et je ne faisais que suivre les cours, puis je rattrapais mon retard une fois les examens passés, et vice-versa.

Comment étais-tu évalué.e dans ton parcours ?

Majoritairement des QCM avec parfois une ou deux questions rédactionnelles très courtes.

Ton parcours correspondait-il à tes attentes ?

Oui ! La psycho, c’est trop cool. 🙂

Une dernière remarque sur ton parcours ?

La promo était exceptionnelle, les profs bienveillants et les cours très intéressants. Je suis un peu biaisée, mais je n’aurais échangé de parcours pour rien au monde. Si vous hésitez à prendre LSpS psycho : venez !

Admission en MMOPK

Savais-tu quelle filière MMOPK tu voulais quand tu as commencé ta L1 ? Sinon (ou si tu as changé), comment t’es tu décidé.e ?

Oui, j’ai fait la L1 pour faire médecine, c’était mon seul vœu.

A la fin de l’année, quelle était ta moyenne générale ?

13,5 de moyenne générale

11,8 de moyenne dans mon parcours

13 de moyenne en santé

17,5 de moyenne dans le bloc transversal

15,5 de moyenne d’admission avant les oraux (donc sans le parcours), 16,2 après les oraux.

Comment as-tu été admis.e en MMOPK ?

Via les oraux.

Comment as-tu géré la période des oraux ? [si a passé les oraux]

J’ai revu les TDs de SHS puisque c’était la seule chose qu’on pouvait vraiment réviser, sinon, je me suis surtout reposée. Et j’ai participé aux oraux blancs du tutorat qui ont été très utiles.

Une remarque à partager sur ton admission en MMOPK ?

Il ne faut surtout pas se décourager si vous n’êtes pas dans les 10%. Il y a très peu de places, et ça ne veut pas du tout dire que vous n’avez pas vos chances. Les oraux, c’est un moment compliqué pour tout le monde, dites-vous que tout le monde est plus ou moins dans le même bateau. Et attendre les résultats, c’est très long, alors prenez du temps pour vous pour patienter !

Vécu de la L1

Avais-tu une aide pendant ta L1 ? 

Tutorat, amis, des amis médecins qui m’ont aidé à comprendre certaines choses.

Concernant la question précédente, que recommandes-tu et pourquoi ?

LE TUTORAT !!! Puisque c’était une année de réforme (et que ça coûte une fortune), je ne voulais pas prendre de prépa privée. Je n’en ai pas eu besoin : les séances sont très détaillées, les questions identiques à ce qu’on peut retrouver le jour de l’examen, et les tuteurs sont toujours motivés et super sympas. Ils ont vraiment tout donné pour nous garder motivés même avec le confinement, et je peux honnêtement dire que si j’ai eu mon année, c’est grâce à eux. Le fait qu’ils travaillent directement avec la fac est vraiment un plus.

J’ai aussi une très bonne amie en prépa bio qui m’a aidée avec les cours où j’avais le plus de mal. Si vous avez des frères / soeurs / potes dans les études scientifiques, et qu’ils acceptent, demandez-leur de vous expliquer certaines choses. Parfois, entendre quelqu’un vous expliquer une notion différemment est la solution pour enfin comprendre. Pensez à leur payer un café en échange.

As-tu bénéficié du système de parrainage organisé par le T2S pendant ton année de L1SpS ?

Non.

Qu’est-ce qui t’as fait réussir selon toi par rapport aux autres étudiants ?

Le soutien. Que ce soit les encouragements du T2S, de mes amis, des médecins de mon entourage et de mes parents, et même de ma super promotion de psycho, ce qui a fait la différence, c’est que j’avais des gens qui croyaient en moi quand je n’y croyais plus.

Trouvez des gens qui seront là pour vous encourager (et vous écouter râler, parce que parfois, ça fait du bien de se plaindre du TD de mécanique), c’est une année très longue et c’est super important.

Qu’aurais-tu aimé savoir avant d’arriver en L1 et que tu voudrais partager aux prochains ?

N’oubliez pas les annales ! Ce n’est pas quelque chose qu’on a l’habitude de travailler au lycée / dans les autres facs, mais en médecine, c’est hyper important, alors travaillez-les régulièrement.

Pour terminer, un petit conseil pour les futurs L1 ? 

4 petits conseils :

– Ne lâchez RIEN. Je n’étais pas très bien partie au S1 (merci la biochimie) et j’ai failli arrêter. On m’a dit de continuer et de tout donner, et c’est ce que j’ai fait. Résultat, j’ai monté ma moyenne au bloc santé de 4 points, et je suis arrivée dans les 25 premiers aux oraux. Je sais que parfois, quand on a de mauvaises notes, on se dit que c’est fichu et que tous les autres réussissent mieux que nous, mais non. Beaucoup de monde arrête au S1, alors quoi qu’il arrive, donnez tout. Au moins, vous n’aurez pas de regrets.

– Ne vous occupez pas des autres (camarades ou famille…). C’est facile de tomber dans le piège de la médecine et de croire que tout le monde s’en sort mieux que vous (ce que certains adorent vous répéter, et ils mentent dans 99% des cas). Dites-vous que vous ne pouvez pas influencer leur classement, mais vous pouvez influencer le vôtre. Il n’y a que VOS notes qui comptent. Et, malheureusement, ne croyez pas tout ce que vous entendez. Le type de votre promo qui vous dit avoir 18 de moyenne en travaillant 4h par jour douche comprise n’est pas forcément honnête… Ce concours, c’est surtout un combat avec vous-même.

– Vos notes ne définissent pas votre qualité en tant que personne. Ce n’est pas parce que vous vous êtes planté à un partiel que vous êtes un moins que rien. Ne laissez pas ces études vous définir.

– Et ALLEZ AUX SÉANCES DU TUTORAT (en particulier en UET et en physique, qu’on néglige souvent, et c’est une grosse erreur). Ils sont super sympas, motivés, et ça va vraiment vous aider. <3